Home / Guerre raciale / Quimper : des bougnoules explosent un flic qui bouffait son sandwich dans leur quartier

Quimper : des bougnoules explosent un flic qui bouffait son sandwich dans leur quartier

Leutnant
Démocratie Participative
29 novembre 2018

Un sale flic est venu provoquer la paisible population bretonne du pittoresque quartier de Kermoysan. La population agressée s’est défendue.

Ouest-France :

Un agent en civil du commissariat de Quimper (Finistère) a été frappé au visage par un homme en allant acheter son sandwich, ce jeudi 29 novembre vers midi dans le quartier de Kermoysan. Un groupe de jeunes s’est ensuite jeté sur lui pour le taper. Deux hommes ont été interpellés et le policier hospitalisé.

« C’est un collègue en civil qui prenait sa pause déjeuner. Il allait acheter son sandwich dans la boulangerie du centre commercial de Kermoysan (un quartier de Quimper, Finistère) ce jeudi 29 novembre 2018 à midi » , retrace Nelly Jauneau-Poirier, la directrice de la sécurité publique du Finistère. Un homme « connu des services de police, notamment pour ses problèmes d’alcoolisme » , l’aurait importuné. Le policier l’aurait envoyé balader : « C’est à ce moment que l’homme lui a mis un coup en pleine face » poursuit la patronne des policiers finistériens et commissaire centrale de Quimper.

Le policier en civil a alors demandé au boulanger d’appeler ses « collègues ». Du coup, il a été immédiatement identifié par son agresseur, qui est sorti pour appeler un groupe de jeunes de ce quartier émaillé par des scènes de violence et des contrôles de stupéfiants au fil de ces derniers mois. « Ils se sont mis sur son dos et l’ont frappé » explique Nelly Jauneau-Poirier. Le policier agressé a été conduit à l’hôpital par les pompiers. Il a passé un scanner : légèrement blessé physiquement, il est par contre choqué psychologiquement. Le premier auteur des coups et un des jeunes ont été interpellés et placés en garde à vue par la patrouille intervenue pour secourir son collègue.

Eric Kerbrat, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police FO (60 % des policiers syndiqués finistériens), a immédiatement réagi et condamné « ces violences gratuites et inadmissibles. Ce qui est aussi inadmissible, c’est qu’une circonscription comme Quimper et Ergué-Gabéric, soit plus de 73 000 habitants, soit surveillée en permanence par seulement un a à deux véhicules de police avec deux ou quatre collègues. Aujourd’hui, on doit donner les moyens aux policiers quimpérois de faire leur boulot et protéger la population. On demande 20 effectifs en renfort à Quimper. »

Lol.

Une boîte de chocolats pour Noël si vous voulez, à condition de demander poliment à Castaner.